Bienvenue à Monika Stankiewicz, Secrétaire Exécutive de la Convention de Minamata

lundi 13 janvier 2020

Monika Stankiewicz a pris ses fonctions en tant que Secrétaire Exécutive de la Convention de Minamata sur le mercure le 13 janvier 2020.

Mme Stankiewicz a été nominée pour le poste par la directrice exécutive du Programme des Nations Unis pour l'environnement, Inger Andersen, en novembre 2019.

«Je suis ravie de rejoindre l'équipe de la Convention de Minamata et je me réjouis de travailler avec les Parties et les partenaires pour assurer la pertinence continue du travail de la Convention, sa visibilité et renforcer sa mise en œuvre», a déclaré Mme Stankiewicz lors de son premier jour. «Je viens de la région de la mer Baltique, où les substances dangereuses restent une préoccupation majeure, mais aussi où de nombreuses mesures efficaces ont déjà été prises, démontrant que la politique et les mesures ont un impact. La mer Baltique est également une région où l'environnement a été affecté par l'héritage de la pollution par le mercure, confronté au défi des temps longs de récupération pour l'environnement. Ce sont quelques-unes des leçons apprises que j'apporte avec moi à la Convention de Minamata. »

Mme Stankiewicz possède 20 ans d'expérience dans le domaine des questions environnementales, comprenant 13 ans - dont 7 ans en tant que secrétaire exécutive de la Commission de Protection du Milieu Marin de la Baltique (HELCOM), une organisation intergouvernementale, et ancienne secrétaire professionnelle d'HELCOM responsable du transport maritime et de la coopération avec l'Organisation Maritime Internationale (2006-2011). Au cours de son mandat, elle a coopéré avec des accords multilatéraux sur l'environnement et des agences des Nations Unies, telles que le PNUE et son programme pour les mers régionales, la Convention sur la diversité biologique, l'UNESCO, l'Organisation Maritime Internationale, la Convention sur les espèces migratrices et la Commission de la mer des Sargasses.

«De nombreux problèmes environnementaux ont un caractère transfrontalier, comme la pollution par le mercure. J'ai été témoin de la volonté des pays, aux niveaux régional et mondial, d'examiner et de convenir de solutions communes pour résoudre ces problèmes transfrontières, ce que je trouve très inspirant. J'ai pu voir un esprit similaire à la COP3 de la Convention de Minamata, où après cinq jours intenses, les parties ont pris des décisions importantes pour la mise en œuvre effective de la Convention », a-t-elle ajouté. «Je voudrais également saisir cette occasion pour remercier Mme Rossana Silva Repetto, ma prédécesseure, pour son accueil chaleureux et une transition aisée».

À la tête d'une équipe de 30 employés au sein du secrétariat d'HELCOM, Monika a réussi à coordonner les activités visant à identifier les problèmes liés aux sources de pollution d'origine marine et à assurer une réponse nationale et transnationale rapide aux incidents maritimes impliquant des hydrocarbures ainsi que des substance dangereuses et nocives. Elle a donné des conseils sur la formulation de nouvelles politiques pour lutter contre les sources de pollution en mer, sur terre et dans les airs, y compris dans les domaines prioritaires des substances dangereuses, et a facilité les processus de négociation des Parties contractantes pour convenir d'approches et de solutions communes. Monika est membre de l'équipe de rédaction du chapitre sur les substances dangereuses de la 2e Evaluation Mondiale des Océans dans le cadre du processus régulier des Nations Unies.

Monika est titulaire d’une maitrise ès sciences en chimie et du certificat d'études supérieures sur l'intégration européenne de l'Université de Gdansk. Elle est mariée et a un enfant.

Copyright 2020 by Minamata Convention on Mercury  
 | Login